ASSEMBLEE DE LUTTE A ALES

Contre la loi travail (pour commencer)

Month

septembre 2017

Intervention à la manif des retraités – jeudi 28 septembre

Les ordonnances Macron sont une nouvelle attaque contre les travailleurs, les chômeurs, les jeunes, futurs travailleurs, les retraités comme les préretraitables, bref contre l’ensemble du prolétariat.
Petit à petit, réforme après réforme, les retraites sont rognées (dès les années 90 en Europe) prouvant ainsi que le système capitaliste est non seulement dans l’incapacité de produire des réformes qui nous soient favorables mais qu’il fait disparaître celles durement conquises. Bien qu’en France, notre système de retraite dit « par répartition » soit différent des autres systèmes dits « par capitalisation », l’attaque du capital contre le salaire « différé » ou pas est mondiale.
Une baisse des retraites est une baisse des salaires.
Ce montant est renégocié sans cesse en fonction, notamment, des rapports de force entre les travailleurs et les patrons épaulés par leur État. Ce salaire est nécessaire à ce que le travailleur reproduise sa force de travail, sa capacité à fournir un travail. Parmi les éléments contractuels, il y a celui, essentiel pour préserver la continuité du rapport d’exploitation, de la garantie d’un revenu pour ses vieux jours. C’est bien notre travail collectif qui a créé la richesse nécessaire à payer nos retraites et, la défendre c’est tenter de s’opposer à la baisse collective de nos revenus au profit des capitalistes. C’est pourquoi ce thème est depuis longtemps l’un des grands facteurs de la lutte des classes. Ainsi, la retraite n’est autre que du salaire dont le versement est différé jusqu’à la sortie légale des salariés du marché du travail.
Les balivernes sur la solidarité entre générations, sur le paritarisme, l’espérance de vie, la pénibilité au travail et autres pyramides des âges ne sont qu’autant d’écrans de fumée dressés par le patronat et leur État afin de ne pas traiter la question dans le cadre qui est le sien : celui du salaire, de la rémunération échangée contre l’emploi de la force de travail.
L’accaparement de la plus-value crée par les travailleurs par les prédateurs capitalistes constitue la base du rapport d’exploitation capitaliste. Nous pensons que les positions politiques ou les revendications qui n’intègrent pas l’abolition de ce rapport social inégalitaire sont des impasses.
La loi de l’accumulation du capital amène à la concentration du pouvoir et des richesses entre les mains d’une minorité au détriment de la majorité de la population. Ce système économique évolue selon un cycle d’auto-destruction, aujourd’hui en crise permanente, il se restructure par la guerre : le capitalisme, c’est la guerre ! La guerre que mène en ce moment l’État au service des capitalistes a pour ennemi immédiat les travailleurs, les chômeurs, les retraités ; elle passe par l’austérité, par des attaques permanentes contre nos salaires, nos allocations, nos pensions…
Si on veut lutter contre le capitalisme et tous ses ravages (ce que l’on a mille raisons de faire), il faut d’abord remettre en cause et détruire leurs fondements : l’État, la propriété privé, l’exploitation et le salariat.
Il faut que la classe qui subit ses attaques s’organise par elle-même et pour elle-même, tisse des solidarités et lutte contre tous les rapports de domination et d’exploitation pour instaurer l’égalité sociale et économique.

Il est nécessaire que les retraités luttent contre les attaques qui touchent les pensions (augmentation de la CSG, futures réformes des retraites, des régimes spéciaux…) et que nous nous retrouvions tous, travailleurs de tous les secteurs, du privé et du public, chômeurs, lycéens ou étudiants, retraités… contre les mesures de Macron, contre les mesures des patrons.

Refusons la soumission au modèle qui nous aliène, refusons de voir nos conditions de vie se dégrader !
Reprenons la lutte de classe, organisons nous à la base !
Retrouvons nous tous les lundi à 18H00 à la bourse du travail en assemblée de lutte ouverte à toutes et tous (travailleurs ou pas, syndiqués ou pas, retraités ou pas, étudiant ou pas, etc) pour s’organiser ensemble, construire le rapport de force et la solidarité de classe.
Participons à toutes les manifs, les actions, les grèves en cours et avenir.
Mail : agluttesales@riseup.net

Contre les ordonnances capitalistes, soulevons-nous !

Les ordonnances de réforme du code du travail sont une nouvelle attaque contre les travailleurs et les chômeurs. Elles augmentent notre précarité, baissent nos revenus et dégradent nos conditions de travail (voir ici pour plus de détails). Inversement, elles permettent aux entreprises d’accroître leurs profits.

Pour ce nouveau gouvernement, ces ordonnances constituent une nouvelle attaque contre nos conditions de vie. Ce n’est pas la dernière ! Déjà, il a annoncé la baisse des APL, une réforme de l’assurance chômage et maladie, du régime des retraites, le gel des salaires des fonctionnaires, le passage des mesures de l’état d’urgence dans le droit commun…

C’est la continuité des politiques de régression sociale que l’État et les capitalistes nous font subir depuis trop longtemps. C’est un plan d’austérité qui ne dit pas son nom et qui attaque toutes les catégories sociales (travailleurs, chômeurs, jeunes, retraités…) sauf les plus riches (baisse de l’ISF). Et tout ça au profit du patronat et des actionnaires !

Ne nous y trompons pas, si les mesures vont se succéder, « catégorie » par « catégorie », notre seule possibilité de défense est de nous mobiliser tous, au plus vite. Nous sommes désunis et immobiles depuis trop longtemps. L’État et le capital profitent de notre inaction. Il nous faut développer la lutte et la solidarité de classe pour une autre société et l’égalité sociale. C’est à nous d’inverser la tendance. Ils n’entendent que le rapport de force !

Tous en lutte !
Organisons-nous en assemblées autonomes
Grève active, blocage de l’économie,
sabotage de la production
(par le mauvais travail, par le débrayage sauvage,
par la grève perlée, par la grève du zèle, par
l’action directe…)

Tous à la manif des retraités

jeudi 28 septembre 10h sous-préf Alès
Grève reconductible du transport à partir du 25 septembre
Grève des fonctionnaires le 10 octobre

© 2017 ASSEMBLEE DE LUTTE A ALES — Powered by WordPress

Theme by Anders NorenUp ↑