ASSEMBLEE DE LUTTE A ALES

Contre la loi travail (pour commencer)

Category

Blocages économiques

Feuille d’info n°2

Deuxième feuille d’info de l’assemblée de lutte contre la loi travail à Alès (document PDF)…

Contre la Loi Travail, Lutte Générale et illimitée !!

Lundi 19 septembre à 18h30 : AG de lutte à la bourse du travail

boursedutravailales

Depuis le 9 mars, le mouvement social contre la Loi Travail s’est construit et renforcé à Alès:
– Nombreux rassemblements devant la sous-préfecture, la mairie d’Alès, la permanence du député
Verdier et une quinzaine de manifestations en 4 mois,
– Multiples actions auprès des banques, des boîtes d’intérim, de la chambre de Commerces et de l’Industrie, du Medef, du Mc DO, de la Mission Locale…
– Blocages de lycées, de rond-points, de la N106, du Petit Train des Cévennes,
– Blocage du dépôt de bus Kéolis
– Opérations péage gratuit…

Ce mouvement rassemble des salariés, des fonctionnaires, des travailleurs indépendants, des chômeurs, des lycéens, des étudiants, des retraités, des intérimaires, des intermittents…à Alès comme ailleurs, c’est une colère qui s’est exprimée et qui a pris de l’ampleur contre l’aggravation de nos conditions de vie.

Des personnes se sont mobilisées et des assemblées de lutte ont émergé. Ouvertes à toutes et à tous, syndiqués ou non, ces assemblées sont des lieux d’échange et de discutions qui permettent de s’exprimer, de proposer, de décider collectivement des actions à mener et d’organiser de façon pratique la lutte contre notre exploitation. A Alès, elles se tiennent tous les deux lundis à 18h30 à la Bourse du Travail.

Alors que le gouvernement s’acharnait à réprimer les manifestants en envoyant les forces de l’ordre en masse pour matraquer et gazer,
Alors qu’il s’acharnait à décrédibiliser le mouvement et à le diviser, avec la complicité des médias, pointant du doigt et isolant une partie des manifestants en leur collant l’étiquette de « casseurs »,
Alors qu’il s’acharnait, encore avec la complicité des médias, à taire ou à minimiser l’ampleur du mécontentement et des différentes actions de blocages économiques (grève dans les raffineries, les centrales nucléaires, les ports, les routiers…),
Tout cela dans le but de démobiliser et d’éteindre la contestation,

Le message de la rue a été clair : Nous continuerons à avancer ensemble contre la Loi Travail !
Même le recours à l’article 49.3, le 10 mai, pour faire passer en force la Loi, qui menaçait d’être mise à mal par le propre camp du gouvernement, n’a pas affaibli le mouvement !
Bien au contraire !
Fort de cet affront, le mouvement s’est amplifié !
Fort de cette lucidité, face à cette mascarade de démocratie jouée par ces députés refusant de voter la motion de censure, tant ils sont organisés à défendre leurs intérêts, ceux de la classe dominante,
plutôt qu’à nous représenter, le mouvement s’est nourri et structuré.

Aujourd’hui malgré deux autres 49.3 les 5 et 20 juillet et devant cette mascarade de démocratie, nous sommes plus que jamais déterminées, tant la frustration est grande, tant la colère est profonde !


Restons mobilisés à Alès, continuons à lutter par des actions concrètes et des occupations de l’espace public avec tractages et affichages. Et surtout, continuons à nous organiser, continuons à tisser et solidifier les liens qui nous unissent !

Valls, Hollande, Gattaz, El Khomri, on se retrouve à la rentrée !
Continuons le Combat ! On n’a pas dit notre dernier mot !

Sur l’autoroute des vacances… Blocage, sabotage, insolence…

p1080918Ce samedi 30 juillet, traditionnel jour de chassé croisé des vacances où la compétition du nombre de kilomètres de bouchons est de vigueur dans les médias, la circulation était étonnamment fluide aux niveau du péage de Gallargues, entre Nimes et Montpellier. En effet, il a été investi par une quarantaine de personnes, qui après avoir démonté les barrières et obstrué les caméras ont fait passer gratuitement des centaines de véhicules.

Un tract contre la Loi Travail a été distribué, la générosité des automobilistes permettra de soutenir les camarades qui subissent la répression.

Les flics, ces gardiens du Capital, sont arrivés rapidement sur place. Ils ont relevé les plaques d’immatriculation de nos véhicules et ont saisi le premier prétexte pour nous évacuer de la zone.

Une bonne partie des personnes passant au péage était non francophone, cependant les mesures d’austérité frappent partout et les touchent également ; en effet les pays européens se font concurrence pour aggraver les conditions d’exploitation des salariés (baisse des salaires en Espagne et en Grèce, « jobs » à 1 € par heure en Allemagne, contrat « 0 heure » en Grande-Bretagne, loi sur les 45 heures en Belgique…). Peut être que notre mobilisation leur fait écho.

Cette action avait pour objectif de montrer notre détermination, malgré les vacances et la canicule. Elle résonne avec les dizaines d’actions de ce type qui ont été réalisées cet été. Que la Loi Travail soit retirée ou non, ce qui s’annonce c’est toujours plus d’austérité, des mesures contre les travailleurs et les pauvres pour permettre aux patrons de continuer à s’en mettre plein les fouilles. Si le gouvernement croit que le mouvement a pourri et qu’il pourra faire ses lois tranquillement, c’est sans compter sur ce qui s’est construit ces 5 derniers mois, les rencontres et les capacités d’offensive qui ont émergé et dont les braises sont encore brûlantes. C’est pas qu’on va arrêter de se défendre face à leurs lois, loin de là, c’est aussi qu’on veut passer à l’attaque pour mettre fin à cette exploitation abjecte.

Nous n’oublions pas non plus que c’est Vinci qui gère un grand nombre d’autoroutes en France. Cet aménageur construit des prisons, des aéroports, des autoroutes et autres infrastructures. Il est l’un des acteurs majeurs de la restructuration du capitalisme autant sur le « territoire national » que dans le reste du monde. Il tire ses bénéfices de notre exploitation et de celle des prolétaires à travers toute la planète. Il est complice et directement responsable des guerres, des pollutions et de la misère. Les taper là où ça fait mal, directement au portefeuille, ça fait toujours plaisir.

Communiqué Sud Education : on continue la lutte !

Chronique audio du mouvement – 15 juin 2016

Au micro de RGO, Stéphane, Sonia, Stéphane, Philippe et l’animateur/modérateur Y.Defago

Le mouvement social contre la loi travail à Alès et partout en France ne s’éteint pas.
Les actions n’ont jamais cessé pour dénoncer les conditions de travail et bloquer l’économie.

Au sommaire :
– La mobilisation du 14 juin (Paris/Alès)
– Cortège de tête? Cortège de fête?
– Infos sur les actions la semaine passée
– Les blocages, les grèves continuent
– Loi travail: une attaque qui concerne tout le monde
– Loi travail: la nécessité du retrait total
– L’appel de la coordination des assemblées de lutte contre la loi travail et son monde

Assemblées de lutte tous les lundis à 18h30 à la Bourse du travail

Blocage du rond point de la route de Nîmes et de la rocade

Jeudi 9 juin, dès 7h du matin, les participants de l’AG de luttes accompagnés de l’Union locale CGT et Solidaires ont bloqué un rond point névralgique de la circulation alésienne.

blocagerondpoint20160609-2

L’objectif était de perturber le train-train quotidien d’un système qui nous broie chaque jour davantage et de maintenir une pression élevée contre la loi travail, dont le retrait est la première étape d’une transformation sociétale d’ampleur.

Prochains rendez-vous :

Lundi 13 juin à 13 h :
Tribunal d’Alès : rassemblement de soutien au camarade qui
passe en procès en lien avec les cadenassages de la manif du 17 mai.

Lundi 13 juin à 18h30 :
Bourse du travail d’Alès : Assemblée de lutte pour organiser localement la poursuite du mouvement

Mardi 14 Juin à 10h :
Maison pour tous du quartier des Cévennes à Alès : départ de la
manifestation se dirigeant vers le centre ville et la sous-préfecture.

© 2019 ASSEMBLEE DE LUTTE A ALES — Powered by WordPress

Theme by Anders NorenUp ↑