ASSEMBLEE DE LUTTE A ALES

Contre la loi travail (pour commencer)

Category

Autodéfense

Quelques conseils en manif

SOLIDARITE FACE A LA REPRESSION

Le mouvement contre la loi travail s’intensifie, ça n’a échappé à personne. En parallèle, de nombreuses interpellations ont lieu pendant ou après les manifestations. Sur Alès, des personnes ont été arrêtées parfois plusieurs jours après des rassemblements et amenées en garde à vue. Sur Nîmes, plusieurs manifestants ont été inquiétés par les services de police.

Quelques conseils à diffuser pour que la répression ne devienne pas un obstacle à nos luttes !

Attention aux vidéos ! Des interpellations peuvent avoir lieu après les manifestations, sur simple reconnaissance visuelle. Des manifestants sont inquiétés pour des broutilles, comme la participation à un blocage, des « vols de poubelles », la pose d’un cadenas sur une porte, un peu de peinture sur les murs… Pas besoin de faire des trucs de dingue pour être emmerdé par la police et la justice. Pour prévenir ces risques et compliquer l’identification policière, il peut être utile de se déguiser, de modifier son apparence ou de se dissimuler le visage.

Tu es libre d’avoir ou pas tes papiers d’identité sur toi. Posséder une carte d’identité n’est pas obligatoire. Certain-e-s refusent de donner leur identité. Cela augmente le risque d’une vérification d’identité (4 heures max au poste), mais utilisé comme stratégie collective, cela complique le travail de fichage de la police et peut permettre de rester anonyme.

Attention aux conséquences si tu as sur toi : drogues illégales, armes (couteau suisse, cutter), armes par destination (bouteille en verre, caillou), carnet d’adresses et répertoire téléphonique (qui peuvent être saisis pour alimenter le travail des flics).

En cas de charge : pas de panique, reste en groupe, ne laisse aucune personne isolée pour tenter d’éviter les arrestations (extraire un personne d’un groupe soudé est plus difficile pour la police). Pense à garder un œil sur le groupe, car celles et ceux qui ne peuvent pas suivre risquent d’être arrêté-e-s. Faire bloc donne de la force, essaie de rester avec des gens que tu connais.

EN CAS DE GARDE A VUE

Si tu es interpelé-e, alerte les personnes autour de toi pour qu’elles préviennent les autres manifestants

Une fois au poste : Soit tu resteras 4 heures ou moins ; alors c’est une simple vérification d’identité. Soit ta garde-à-vue (GAV) te sera signalée. Elle peut durer 24 heures, puis être renouvelée une fois pour 24 heures de plus .Dès que ta GAV t’est signalée, tu as le droit de voir un médecin. Tu peux aussi demander à appeler un proche et à être assisté d’un avocat

Rien à déclarer ! Pour ralentir le travail de la police, certain-e-s ne déclarent rien et refusent de décliner leur état civil. D’autres ne déclarent que le strict minimum (nom, prénom, lieu et date de naissance)Garder le silence est un droit. Lors de l’interrogatoire, tu peux répondre « je n’ai rien à déclarer » (différent de « je ne sais rien », ce qui revient à déclarer quelque chose). Plus elles sont portées collectivement, plus ces attitudes de défense sont efficaces et faciles à tenir. Quelle que soit la stratégie, ne donne surtout aucune info sur les autres interpellé-e-s, ni sur l’action. On ne balance jamais quelqu’un-e d’autre, et quoi que puissent en dire les flics, en dire plus n’écourtera pas ta GAV et peut compliquer ta défense le jour du procès. Tu peux refuser de signer les documents présentés par les flics (compte-rendu d’interrogatoires, PV de sortie de GAV,…). Signer c’est reconnaître que tout s’est bien passé et s’empêcher de revenir sur les trucs dit ou subis pendant la GAV. Tu peux refuser les photos d’identité, les prises d’empreintes digitales et le fichage ADN. Si ces refus constituent des délits en soi, refuser le fichage est une position politique.

En cas de comparution immédiate : A l’issue de la GAV, tu peux être emmené-e au tribunal où tu peux refuser d’être jugé-e une fois à la barre. Ce qui augmente le risque de contrôle judiciaire, voire de détention préventive. Cependant, les peines sont généralement plus lourdes en comparution immédiate. Refuser d’être jugé-e en comparution immédiate te permet de gagner du temps pour préparer ta défense. Si tu peux justifier d’un emploi et d’un logement, tu as moins de chance d’être placé-e en détention préventive.

Action de blocage contre la loi travail le 8 juin

Mercredi 8 à Alès, dès 4h du mat’, nous étions une cinquantaine à nous diriger vers deux dépôts de bus pour y construire des barricades bloquant la sortie des bus. Des cheminots, des syndiqués CGT et solidaires accompagnaient fraternellement une majorité de non-affiliés organisés autour de l’assemblée de lutte.

Action8juinbarricade

L’action est bien accueillie par les salariés auxquels nous offrons le café et les croissants. Nous montrons notre détermination face au flics et aux pompiers qui font une tentative infructueuse pour venir éteindre la barricade. Nous montrons aussi la solidarité qui nous unit en dégageant un camarade qu’un flic zélé attrape à la gorge. Les flics comme les pompiers repartent la lance (à incendie) entre les jambes.


Action8juinbanderolles

Prochain RDV demain 9 juin, 6h15 du mat’ devant la bourse du travail d’Alès pour continuer à mettre la pression en perturbant l’économie et le train-train quotidien.

© 2017 ASSEMBLEE DE LUTTE A ALES — Powered by WordPress

Theme by Anders NorenUp ↑